Session de transfert 2018 de l'École en réseau

 

La Session de transfert 2018 de l'École en réseau se tiendra les 4 et 5 octobre prochains à l'Hôtel Pur, à Québec.

 

Pour consulter la programmation officielle, suivez ce lien.


Pour vous inscrire, suivez ce lien.

 

La société québécoise vers 1905

Amener les élèves à s'interroger sur la société québécoise de 1905 sous l'angle de la population, de l'économie et du développement social.

Déroulement de l'activité:

S'adapter aux connaissances antérieures et immédiates de la communautéAvant même de s'orienter vers le développement d'une compétence bien précise en univers social, Nancy et Kaçandre ont cru bon dans un premier temps de relever les connaissances antérieures et immédiates de la communauté d'apprenants. Dans une perspective vide nommée en fonction du thème abordé (La société québécoise vers 1905), Nancy y a inscrit une question permettant aux élèves de facilement déposer sur le Knowledge Forum tout ce qu'ils connaissaient sur la période ou qu'ils avaient retenu d'une petite présentation magistrale sur le sujet. Comme vous pouvez l'observer au bas de la capture d'écran ci-dessous, les élèves ont surtout relevé de l'information axée sur les changements apportés lors de cette période historique transitoire. C'est à partir de ce premier constat que les éducateurs ont décidé de cibler la compétence « Interpréter le changement dans une société et son territoire ». Sachant pertinemment que l'information présente dans leurs sources d'autorité (manuels de classe, livres et l'Internet) leur suffirait pour relever les connaissances essentielles au développement de leur compétence, les enseignants ont donc décidé d'offrir aux élèves une situation d'investigation qui les amènerait à exprimer leur plein potentiel.

Exemple 1

Un contexte et des pratiques authentiques

Outre le développement de leur compétence à l'égard de l'utilisation des TIC, cette situation d'apprentissage et d'évaluation offre un excellent contexte pour les élèves de mettre en oeuvre leur compétence transversale « Exploiter l'information ». Comme de véritables chercheurs et historiens, les élèves de la classe de Nancy ont eu pour défi de trouver l'information pertinente et de l'articuler en fonction des questions posées par les enseignants. Les groupes ont utilisé des sources variées afin de construire leur compréhension de la perspective avec laquelle ils ont étudié la période de 1905. Les élèves ont dû s'approprier l'information et en tirer profit pour départager les informations utiles des informations accessoires ainsi que pour la formulation de nouveaux questionnements à partir des nouvelles connaissances recueillies.

Amélioration des idées

Afin de supporter la coélaboration à l'intérieur de cette situation d'apprentissage et d'évaluation, les deux éducateurs ont choisi de mettre un accent tout particulier sur le principe de perfectibilité des idées. Il leur semblait important que les élèves intègrent le principe que toute idée peut et devrait être améliorée par la communauté. Étant responsables de leur démarche de recherche à l'intérieur de leur perspective, les petits chercheurs ont vu l'importance de lire l'ensemble des notes produites par leur petit groupe. Pour renforcer les pratiques d'élaboration et d'utilisation des échafaudages par les élèves, les éducateurs ont cru bon d'allouer un moment pour qu'ensemble, nous puissions donner du donner du sens et le négocier. C'est ainsi que par le biais d'iVisit, Kaçandre a rencontré la communauté d'historiens pour discuter du principe d'amélioration des idées et comment l'utilisation des échafaudages nous guidait dans cet avancement des savoirs. Par la suite, ils ont passé en revue la totalité des échafaudages dans le but que les membres de la communauté d'apprentissage s'entendent sur le sens qu'ils leur donnent.

L'importance du questionnement

Inspirés par des recherches effectuées simultanément par l'équipe TACT, nos éducateurs ont opté pour l'élaboration de questions ouvertes orientées vers la construction d'une explication par l'élève. L'utilisation du pourquoi ou des formulations demandant la formulation d'une explication ont facilité le développement des compétences des élèves. En ne perdant pas de vue les intentions pédagogiques liées au développement de la compétence, les questions furent pour la plupart des cas formulées de façon à ce que les élèves puissent se questionner sur les causes et conséquences des changements survenus en 1905 au sein de la société québécoise. Sauf à quelques occasions où l'élaboration de sous-questions par les éducateurs leur semblait pertinente afin de les orienter, les éducateurs ont surtout laissé place aux questionnements des élèves qui émergeaient de leur processus.

Un savoir communautaire, une responsabilité collective

Afin de stimuler la coélaboration des savoirs et à des fins d'évaluation, les éducateurs ont trouvé pertinent d'aménager la perspective de la même manière que le manuel est divisé: selon les aspects de la société à cette époque. Ainsi, regroupés en petits groupes de 5 à 6 chercheurs, les élèves ont pour mission de discuter autour des deux questions déposées dans leur perspective pour ultérieurement articuler une explication au moyen de leur discours collectif et informations retenues. En ce qui a trait à l'évaluation, cette manière d'aménager la communauté à permis à tout un chacun d'exercer sa compétence et a facilité l'observation de celle-ci par les enseignants. De nombreux élèves qui, tout au long de l'année, agissaient surtout à titre de lecteurs ont désormais profité d'un contexte où leur apport s'avérait crucial pour l'avancement des savoirs à l'intérieur de leur petit groupe. D'une part, cette organisation a stimulé la participation, d'autre part, elle a suscité suffisamment d'observables pour que les enseignants puissent apprécier la compétence visée.

La construction d'une compréhension collective

La situation d'apprentissage fut construite de façon à ce que la démarche de coélaboration culmine par la rédaction d'une note « élever le propos » où l'équipe y dégage sa compréhension collective tout en répondant à la question initiale. Pour étayer leur compréhension de la période, les élèves ont été invités à consulter les autres aspects de la société québécoise de l'époque par le biais des autres perspectives. Ils devaient par le fait même être capables d'intégrer à la construction de leur explication les éléments d'un autre aspect de la société. Par exemple, expliquer comment le commerce a influencé les modes de vie en ville. D'une pierre deux coups, elle leur servit également de matériel à la présentation de leur recherche à l'ensemble de la classe. En dégageant la compréhension collective, nous nous assurons que tout un chacun profite de la coélaboration réalisée à travers les 6 groupes d'historiens.

Une évaluation ancrée, continue et transformative

Tout au long du processus d'investigation des élèves, tant dans leur collecte d'information à partir de leurs sources d'autorité que dans leurs discussions sur le Knowledge Forum, les élèves ont bénéficié de rétroactions faites à partir de la fonctionnalité d'annotation. De cette manière, les enseignants ont été une part importante du processus d'apprentissage de la communauté. Par leur discussion et leur négociation de sens autour de certaines notions, les groupes d'élèves étaient les principaux responsables de l'évaluation de la pertinence et de la cohérence de leur activité de coconstruction d'une explication. Dans l'élaboration d'une note « Élever le propos », les élèves ont eu besoin d'exercer leur jugement critique pour ne retenir de leur démarche collective que les éléments leur permettant d'articuler leur explication. Ci-joint la grille d'appréciation élaborée et utilisée pour observer et évaluer le processus des élèves.

Dans l'image ci-dessous, vous accédez à deux exemples de contributions « élever le propos ». Elles sont à la fois l'aboutissement de leur articulation d'une explication à partir de la question et une trace de leur compréhension collective.

Exemple de contributions, villes

Travail, technologies et quartiers ethniques: voici l'explication qui couronne la démarche de coélaboration de connaissances autour de la question « Pourquoi dans les années 1900 les villes grossissent plus que les régions rurales? ». Pour vous aider à bien cerner le déroulement de leur processus, vous pouvez vous référer à la section gauche de la perspective ci-dessous.

Pour le détail des contributions des élèves, voyez l'image ci-dessous.

Contributions des élèves

La situation des travailleurs et des travailleuses en 1990: voici l'explication qui couronne la démarche de coélaboration de connaissances autour de la question « Pourquoi la situation des travailleurs est-elle différente dans les années 1900? ».

Situation de travail

Pour vous aider à bien cerner le déroulement de leur processus, vous pouvez vous référer à la perspective ci-dessous.

Exemple 3

Questions se retrouvant dans l'activité

Les questions et les objets de questionnement:

  • Que connaissez-vous sur la société canadienne et la société québécoise vers 1905?
  • Pourquoi dans les années 1900 les villes grossissent plus que les régions rurales?
  • Pourquoi de nouvelles régions se développent?
  • Selon vous, qu'est-ce que la démocratie?
  • Pourquoi dit-on que la population a de plus en plus de pouvoir politique?
  • Aimerais-tu vivre en ville à cette époque?
  • Pourquoi?
  • Aimerais-tu vivre en campagne à cette époque?
  • Selon vous pourquoi dit-on que l'agriculture et l'industrie forestière ont connu un essor au début des années 1900?
  • Aimerais-tu être un colon d'une nouvelle région à cette époque? Pourquoi?
  • Pourquoi les industries du Québec ont connu un essor autour des années 1900?
  • Pourquoi la situation des travailleurs est-elle différente dans les années 1900?
Principe(s) de coélaboration:
Document(s) de référence: